Actualités
Scrollez

Innovation au centre R&D d’Aulnoye : le microscope à balayage électronique utilisé à distance

20/07/2020 - Digital

Nos scientifiques ont dû s’adapter durant le confinement. Dans notre centre R&D d’Aulnoye-Aymeries (dans le Nord de la France), nos équipes ont su rebondir en réalisant les analyses de nos tubes à distance, via un microscope à balayage électronique (MEB) connecté à Microsoft Teams, la plateforme collaborative utilisée au sein de Vallourec. Véronique Da Ros, Responsable d’équipe support qualité usines, Sébastien Boquet, technicien et pilote du MEB et Florent Potdevin, Ingénieur R&D en développement des matériaux, racontent l’histoire du microscope à balayage électronique…
Microscope à Balayage Electronique

Qu’est-ce qu’un microscope à balayage électronique ? Pourquoi l’utiliser pour contrôler la qualité de nos tubes ?

Le MEB est un microscope très sophistiqué. Il permet d'observer la matière des tubes à un grossissement bien plus élevé que les microscopes classiques, c'est-à-dire x50 000 ou x100 000. En phase de conception, si le MEB montre des éléments chimiques indésirables, le tube est retraité thermiquement pour les éliminer. Le MEB est aussi efficace en phase de post-production, car il nous aide à comprendre les défauts dans la matière, pour les éviter par la suite. A Aulnoye, il en existe deux : l’un est dédié à l'observation des revêtements et connexions, le second est plus performant pour observer le cœur de la matière.

Comment l’utiliser efficacement ?

Il s’agit d’une étroite collaboration entre le technicien qui manipule le MEB et les ingénieurs qui étudient les résultats sur la matière. Cet appareil requiert un niveau de technicité élevé et une pratique très régulière. Seuls les techniciens formés peuvent le manipuler, et leur nombre est limité. Les ingénieurs sont chargés d’orienter leurs réglages en fonction de l’étude menée. Les techniciens font en sorte que le MEB offre des images exploitables et les ingénieurs les examinent ensuite en intégrant les résultats au reste de l’analyse. Chaque opération est toujours encadrée, et les résultats sont systématiquement contrôlés et vérifiés par des experts.

Comment vous êtes-vous adaptés pour continuer à collaborer de manière efficace durant le confinement ?

En temps normal, il y a trois personnes dans la salle du MEB, mais durant le confinement, seul le technicien pouvait être sur place. Pour ne pas perdre de temps à envoyer les clichés puis les analyser par la suite, nous avons eu l'idée de connecter le MEB à Teams pour pouvoir discuter des réglages ensemble à distance et étudier les images en temps réel.  Une séance dure 2 à 4 heures, et il nous aurait fallu 2 voire 3 séances pour arriver aux mêmes diagnostics sans cette collaboration à distance. 
Microscope à Balayage Electronique

Allez-vous continuer à utiliser cette méthode à distance ?

Durant le confinement, un client a mandaté un inspecteur (TPI*) afin d'assister aux examens d’une commande. Nous avons donc réalisé nos analyses et avons répondu à ses questions à distance. Tout a été fait dans les temps, et l'inspection a été une vraie réussite.

Dans le futur, la collaboration en ligne peut aider à lever les contraintes de déplacement, même si rien ne remplace le contact humain. Ces examens à distance pourraient parfaitement se reproduire. Le département R&D continue d'innover pour mettre au point de nouveaux procédés ou de nouveaux produits plus efficients. 
  • TPI : ''third party inspectors'', inspecteurs mandatés par les clients pour vérifier les procédures et la qualité des tubes