fr
Nos marchés
Identité
Perspective
Développement durable
Investisseurs
Presse & media
Talent Room
Pétrole & Gaz
Industrie
Nouvelles Énergies
Vallourec® Services
Focus
Notre Gouvernance
Ethique et Conformité
Nos Équipes
Notre vision
Notre empreinte industrielle
Innover pour anticiper et assurer le futur
La Recherche et Développement, contributeur clé de l’innovation
Une approche hybride novatrice et unique
Cap sur le digital
Vision
Parties prenantes
Environnement
Informations réglementées et communiqués de presse
Informations Financières
Informations Boursières
Assemblées Générales
Evénements et Présentations

L’Amérique du Nord accélère le développement des énergies renouvelables

En Amérique du Nord, les entreprises ont entrepris d’intégrer une part de plus en plus importante d’énergies renouvelables dans leur mix énergétique.

Par Joe Hill, Senior Director of North American Energy Transition and New Business Development

En Amérique du Nord, les entreprises ont entrepris d’intégrer une part de plus en plus importante d’énergies renouvelables dans leur mix énergétique. Vallourec s’est engagé à les aider à réaliser cette transition le plus rapidement et le plus facilement possible. En adoptant une approche globale, l’organisation ETO (Energy Transition Opportunities) renforce la visibilité du Groupe auprès des clients nord-américains et leur permet de bénéficier de notre expertise et notre expérience. 

Jusqu’à présent, l’Europe a ouvert la voie en matière de transition énergétique, et les pays qui la composent sont plus avancés que les États-Unis en matière de transition verte (« green journey »), autrement dit de respect de l’environnement. Si les Européens ont investi directement dans les énergies renouvelables, les entreprises américaines sont, quant à elles, plus enclines à investir dans des activités connexes. Il y a plusieurs raisons à cela. C’est dû en partie au sentiment des consommateurs mais en partie aussi aux réglementations gouvernementales. La voie que les États-Unis suivent, vers un mix énergétique plus durable, est donc différente et le marché local est également très différent du marché européen.

Cependant, l’Amérique du Nord accélère aujourd’hui son passage aux énergies renouvelables, notamment grâce à des initiatives telles que le crédit d’impôt 45Q pour les entreprises qui séquestrent le carbone. Si l’on y ajoute la mise en place de la taxe carbone, ces deux mécanismes permettront de favoriser la réduction de l’utilisation de carburants fossiles au sein de l’industrie.

Toutes les grandes compagnies pétrolières et gazières rejoignent aujourd’hui le mouvement. Equinor et BP s’intéressent à l’énergie éolienne, Chevron étudie la captation du carbone, et d’autres explorent les sources d’énergie géothermique. ExxonMobil vient de rejoindre un consortium de 11 entreprises qui investit 100 milliards de dollars en fonds privés et gouvernementaux pour la captation du carbone. L’entreprise a également lancé ExxonMobil Low-Carbon Services et a créé des départements dédiés au sein de la société. En outre, BP, Equinor et Shell se sont engagés à parvenir au zéro net d’ici 2050.

A la recherche de nouvelles opportunités

Même si l’Amérique du Nord trace sa propre voie et explore de nouvelles opportunités, elle peut cependant tirer parti des enseignements de l’Europe. L’Europe a, par exemple, investi massivement dans les énergies éolienne et solaire, et nous commençons également à les adopter. Mais ces deux sources peuvent être intermittentes. En tenant compte des difficultés potentielles, et grâce à l’implication des principaux acteurs américains, les énergies solaire, éolienne et autres énergies renouvelables pourront évoluer encore davantage. 

Vallourec se positionne pour aider les entreprises américaines à saisir les opportunités majeures qui se présentent, telles que la captation, le stockage et l’utilisation du carbone (carbon capture, storage and utilization, CCUS), l’hydrogène, l’électrolyse et l’énergie géothermique

En s’appuyant sur un savoir-faire de premier plan dans la science et la sélection des matériaux, ainsi que dans les connexions, Vallourec est bien placé pour répondre aux défis de la transition énergétique. Et nous ne nous arrêterons pas là : le Groupe utilise son expérience dans les services, qu’ils soient sur site ou numériques, afin d’apporter encore plus de valeur à ses clients en Amérique du Nord mais aussi dans le monde entier.

Notre collaboration avec Calpine : gros plan sur la géothermie

Les États-Unis sont le plus grand producteur mondial d’énergie géothermique. La ceinture de feu du Pacifique abrite plus de 40 % des ressources en énergie géothermique de la planète. En Californie, Vallourec est idéalement positionné pour prendre en charge l’exploitation de cette précieuse ressource. 

Le Groupe participe actuellement à un projet pilote en Californie du Nord pour lequel nous fournissons des tubes de cuvelage, des accessoires et des services à Calpine Energy, un acteur majeur du secteur de l’énergie aux US. La subvention « BRIDGE » accordée par la Californie permet à Vallourec de collaborer avec la California Energy Commission, Calpine Energy et GreenFire pour trouver des moyens d’améliorer significativement le débit de puits peu performants, tout en maintenant un coût énergétique faible.

Vallourec fournit des tubes isolés sous vide THERMOCASE® VIT à Calpine. Cette solution est parfaitement adaptée aux applications géothermiques en circuit fermé et aux projets liés à l’hydrogène et au CO2 supercritique. En outre, Vallourec applique actuellement le protocole TWCCEP pour certifier les connexions VAM® dans une plage de température pouvant aller jusqu’à 350 °C. En matière d’énergie géothermique, la principale difficulté concerne son important coût d’entrée. Nous travaillons donc avant tout à abaisser ces coûts.

Respecter les standards les plus élevés

Notre objectif est de démontrer que nous sommes capables de produire les solutions de qualité supérieure dont nos clients ont besoin sur les marchés de la transition énergétique où nous sommes présents.

Pour y parvenir, nous échangeons dès les premières phases des projets avec les fournisseurs de technologie, les utilisateurs finaux et les sociétés d’ingénierie. Ce partenariat pourrait déboucher sur d’importants accords d’approvisionnement en Californie, mais aussi au Canada et au Mexique. 

Vallourec s’efforce ainsi d’exploiter toutes les opportunités disponibles. Nous avons adopté une approche globale. L’un de nos gros challenges reste d’augmenter la visibilité du Groupe sur les marchés de la transition énergétique, ce que nous faisons en utilisant tous les moyens à notre disposition, qu’il s’agisse de développer notre activité sur les réseaux sociaux ou d’être présent sur un salon comme ce fut le cas pour la Conférence Geothermal Rising de San Diego. Nous exploitons toutes les pistes, sans exception !

Le développement de ces nouvelles applications a un impact non seulement sur notre activité, mais également sur notre propre empreinte environnementale. Le Groupe s’efforce de façon proactive de réduire ses émissions de carbone industriel via la réduction, mais aussi la captation et l’utilisation de ces émissions. Nous mettons à profit notre position de leader en matière de science des matériaux, de soudage et de services pour faire progresser le CCUS pour tous. 

Grâce à cette technologie et d’autres, nous visons une réduction de nos émissions de gaz à effet de serre (GES) de 25 % d’ici 2025. Cette ambition est conforme à l’Accord de Paris, et validée par la Science-Based Targets Initiative (SBTi). À l’échelle du Groupe, Vallourec reste concentré sur ses objectifs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Notre stratégie est payante, et le prix « ESG Top Performer Award » nous a récemment été décerné par Hart Energy.

Développer un réseau basé sur le savoir-faire et la confiance

Comme toujours, l’objectif de Vallourec est d’être reconnu en tant que leader de l’industrie avec une expertise spécifique. Forts de notre savoir-faire, de nos équipes d’experts et de nos années d’expérience dans les connexions, nous travaillons aujourd’hui à créer une autre sorte de connexion. Nous nouons des contacts et développons notre réputation dans le domaine de la transition énergétique en démontrant que nous disposons de l’expertise et des solutions dont l’industrie a besoin. C’est l’évolution de notre réseau qui nous permettra de faire croître nos opportunités et notre activité.

Joe Hill

Joe Hill a rejoint Vallourec en 1998, puis l’organisation ETO (Energy Transition Opportunities) de Vallourec en 2021. Au sein de cette organisation, il est responsable de la transition énergétique et du développement de nouvelles activités pour l’Amérique du Nord. En plus de 20 ans chez Vallourec, Joe a occupé différents postes dans les départements des ventes, des opérations, de la chaîne logistique et des services. Il détient une Maîtrise en administration des affaires de l’Université de Tulane, en Louisiane.