Actualités
Scrollez

Rencontre avec Wang Dandan, Ingénieure process à Tianda

23/07/2020 - Carrières

[Women in [email protected]]

Le fonctionnement des fours n'est plus un secret pour Wang Dandan. D’abord diplômée en génie des matériaux, cette jeune femme est devenue en quelques années seulement une experte en maintenance préventive des fours. Aujourd'hui, Wang est l'une des deux femmes ingénieures de l'usine Vallourec de Tianda en Chine, et elle est fière d'ouvrir la voie à la prochaine génération d’ingénieures.

Pourquoi avoir choisi Vallourec ?

Diplômée d’une licence de chimie d’une université chinoise, j'ai commencé ma carrière en tant que professeure de chimie dans un lycée. Cependant après quelques mois, j'ai réalisé que je n'étais pas vraiment passionnée par l'enseignement. Je suis donc retournée à l'université pour obtenir un master en ingénierie des matériaux. Après avoir décroché mon diplôme, j'ai rejoint Vallourec. 

Travailler pour Vallourec m’intéressait car j’étais à la recherche de nouveaux challenges. Pendant le processus de recrutement, le Groupe se concentre uniquement sur les capacités et le potentiel des candidats, et je suis très heureuse que l’entreprise m'ait donné l’opportunité de la rejoindre ! 

À quoi ressemble une journée typique d’ingénieure process ?

Je travaille à l'usine de Tianda à Chuzhou, en Chine. Comme toutes les usines Vallourec, nous avons plusieurs fours en service. Mon travail consiste à m'assurer que chacun d'eux fonctionne correctement. Ma journée se divise généralement en deux parties. Tout d'abord, je dois vérifier la température et le débitmètre de gaz de chaque four avec le département Electronique pour m'assurer que tout est normal. Ensuite, j’effectue divers tests pour chaque four : tests de cycle thermique, vérification des thermocouples et analyses de l'atmosphère du système de combustion. Lorsque le fonctionnement du four est temporairement interrompu, je peux pénétrer à l'intérieur pour vérifier d'autres aspects comme le brûleur et les longerons. Mon rôle est crucial pour la sécurité de l'usine.

Comment a évolué votre carrière depuis que vous êtes chez Vallourec ?

Lorsque j'ai débuté chez Vallourec en 2017, j'ai passé un mois dans chaque département pour mieux connaître les autres salariés et leur travail. Au départ, je pensais travailler au département Qualité mais, en discutant avec mon responsable, j'ai réalisé que le département Maintenance me convenait mieux. Je suis à présent responsable des fours. Le Groupe m'a donné l'occasion d'acquérir de nouvelles compétences et d'apprendre de nouvelles méthodes de travail.

Quels sont les avantages pour vous de travailler dans un Groupe international comme Vallourec ?

Personnellement, j'ai vraiment bénéficié du fait que Vallourec soit une entreprise internationale. Par exemple, j'ai pu participer à un programme d'échange de cinq mois au centre de recherche d’Aulnoye-Aymeries en France. J'y ai découvert de nouvelles technologies et développé des compétences précieuses en matière de résolution de problèmes. J'ai ainsi pu revenir dans l’usine de Tianda avec un excellent bagage qui me permet de faire face aux situations imprévues dans mon travail quotidien.
Wang Dandan et son équipe
J'ai également eu la chance de visiter le département Energie de Vallourec, à Düsseldorf en Allemagne, pour mieux comprendre le travail des équipes. De plus, j'ai un mentor que je rencontre tous les mois et avec qui je discute de tous les défis à relever dans mon travail ainsi que de mon développement professionnel. Pour la suite, je souhaite continuer à développer mes compétences afin pouvoir profiter de toutes les opportunités offertes par Vallourec mais surtout me concentrer sur le développement et l’optimisation de notre département Maintenance.

Comment décririez-vous votre expérience en tant qu’ingénieure ?

Par le passé, j’ai parfois été confrontée à l'idée, que ce soit à l'école, au travail ou dans la vie de tous les jours, que les femmes sont plus adaptées au "travail de bureau" comme la vente ou la finance, tandis que les hommes sont meilleurs pour le travail technique sur site. Cela commence au lycée, où les stéréotypes, selon lesquels les filles étudient la littérature et les garçons les sciences, sont bien présents, et se poursuit sur le lieu de travail. De nombreux employeurs continuent de penser que les hommes sont plus aptes physiquement à effectuer des tâches exigeantes. Chez Vallourec, ce n'est pas le cas : j'ai été embauchée comme ingénieure pour travailler dans l'usine de Tianda parce que mon responsable pense que j’ai les compétences nécessaires. C'est l'une des raisons pour lesquelles j'aime vraiment travailler ici.

J'aimerais évidemment voir plus de femmes ingénieures sur le terrain, notamment en Chine. Mais je suis optimiste car, chaque année, le nombre de femmes diplômées en ingénierie augmente, et je pense que nous allons dans la bonne direction.
Optimisme
Wang Dandan

Je suis optimiste car, chaque année, le nombre de femmes diplômées en ingénierie augmente, et je pense que nous allons dans la bonne direction.

Wang Dandan Ingénieure process à Tianda

Quels conseils donneriez-vous à une autre femme qui envisage de faire carrière dans l'ingénierie ?

Ayez confiance ! Concentrez-vous sur vos études supérieures et vous serez parfaitement qualifiée pour obtenir un emploi dans ce domaine.
Découvrez nos autres portraits Women in [email protected] :