Shaga Velikhanova, collaboratrice polyvalente

24/05/2019 - Carrières, Azerbaïdjan
En tant que coordinatrice VAM® Field Service à Bakou, Shaga a appris à jongler avec différentes missions et à mettre en pratique ses compétences.

Décrivez-nous votre parcours.

J'ai étudié la philologie (langue et littérature russes) à l'université de Bakou pendant quatre ans, puis j'ai décroché un Master en enseignement. Même si j'ai terminé mes études avec d'excellents résultats, je me suis rendu compte que je ne voulais pas enseigner. J'ai donc commencé à travailler en tant que coordinatrice des vols commerciaux dans un aéroport international.

En 2013, j'ai commencé à scruter de nouvelles opportunités d'emploi et j'ai postulé auprès de la filiale de Vallourec en Azerbaïdjan. J'ai d'abord été assistante administrative. Je m'occupais principalement des papiers pour les expatriés, des finances de l'entreprise et de la communication avec les différents fournisseurs. Mon manager a décelé mon potentiel et m'a donné l'opportunité de me développer et d'améliorer mes compétences. Après une période de formation, on m'a confié un poste plus technique : je suis devenue coordinatrice VAM® Field Service.

Quel est le rôle d'une coordinatrice Field Service ?

Je coordonne la logistique des techniciens VAM® en Azerbaïdjan et dans la région caspienne. J'ai principalement pour mission :

  • de répondre à tous les appels de service entrants lors des heures d'ouverture normales, mais également en dehors de ces horaires en cas d'urgence
  • de créer des fiches de travail et d'affecter des missions aux techniciens
  • de m'assurer que tous les techniciens disposent de leurs certificats médicaux et ont bien suivi toutes les formations requises
  • d'effectuer les tâches administratives liées aux affectations : visas, passeports, etc.

Mon poste est donc similaire à celui de Susan Bremner à Aberdeen. J'ai entendu beaucoup de bien sur son expérience et sa personnalité, et il est vrai que je la considère comme un modèle dans le cadre de mon travail.

Je participe également au programme « Added Value » organisé par Robert Stelly, notre directeur des opérations VGS (Vallourec Global Solutions) pour la région EAMEA. Le programme se déroule de la façon suivante : lorsque les techniciens se rendent sur un site offshore ou onshore, ils utilisent parfois des solutions innovantes pour créer de la valeur ajoutée pour le client. Cela luifait gagner du temps et des ressources ou lui apporte des avantages supplémentaires. Nous recueillons les commentaires sur nos techniciens, et le meilleur est récompensé par l'entreprise. Chaque mois, je lis ces commentaires pour distinguer ceux qui méritent d'être récompensés. Robert et moi-même nous réunissons tous les mois et envoyons nos conclusions aux différents centres de service afin que les managers puissent prendre connaissance des résultats. Participer à ce programme m'a vraiment permis d'améliorer mes connaissances techniques.

Quelles sont les principaux défis de votre poste ?

Comme je l'ai dit plus tôt, j'effectue de nombreuses tâches différentes et, parfois, mon cerveau doit jongler entre les finances, les ressources humaines ou encore la coordination des services d'assistance sur site. Je dois rester concentrée sur la tâche en cours. On est vite submergé lorsqu'on veut trop en faire en même temps.

Je dois non seulement traiter avec les techniciens, mais aussi avec les clients. On a tous sa propre personnalité et je dois trouver la meilleure façon de parler à chacun. La communication est donc un élément essentiel dans mon travail, car je suis constamment à la recherche de solutions et compromis pour satisfaire les besoins de chacun.

Vous êtes une femme dans un environnement traditionnellement masculin. Cela pose-t-il problème ?

C'est vrai que je travaille dans une équipe uniquement composée d'hommes. Toutefois, cela n'a jamais posé problème : la culture azerbaïdjanaise est très prévenante à l'égard des femmes. Par exemple, il est inadmissible pour un homme de crier sur une femme ou d'être impoli avec elle. De plus, on voit souvent des femmes occuper des postes haut placés, qui sont respectées par leurs collègues.

Si j'avais un conseil à donner aux femmes qui veulent progresser dans leur carrière, je leur dirais d'être patientes et de continuer à travailler dur !

Qu'appréciez-vous dans le fait de travailler au sein de Vallourec ?

Chacun peut s'exprimer, qu'il ait besoin d'aide pour résoudre des problèmes ou des idées à partager. Nous ne sommes pas des numéros, nous sommes des personnes qui méritons d'être écoutées. 

Qui êtes-vous en dehors du travail ?

J'adore le sport. Tous les matins, je me lève à 6 heures pour faire du cardio avant d'aller au travail. Parfois, je retourne à la salle de sport après le travail. J'aime aussi nager, et je jouais au basket quand j'étais plus jeune.

J'aime lire, en particulier les romans d'amour. Mon livre préféré est « Soufi, mon amour » d'Elif Shafak. J'aime les livres avec une signification profonde : celui-là parle notamment des différents types d'amour.

Quel est le meilleur conseil qu'on vous ait donné ?

Il vient de mon père. Il m'avait dit : « Quelle que soit la voie choisie, veille à ce qu'elle soit respectable et ton entourage sera fier de toi. »

thumbnail_IMG_2946.jpg