E-Learning

Léo Talec V.I.E au département VAM® TCC

Léo
   

Portrait de Léo Talec, V.I.E au département VAM® TCC pour le développement des techniques de formation  « E-Learning » au sein de Vallourec à Veracruz au Mexique

Léo Tallec est diplômé de l'INSA Rouen, une école d'ingénieur, où il a suivi une spécialité génie mécanique jusqu'à l'obtention de son diplôme en  septembre 2014.  Il a été embauché à la sortie de son école, en octobre, chez Vallourec en tant que V.I.E.

Aujourd'hui, vous êtes au département VAM® TCC pour développer des techniques de formation « E-Learning », en quoi cela consiste-t-il ?

Ma mission principale consiste à développer des modules techniques de formation "E-learning" sur divers sujets autour du filetage. Je suis dans le département VAM® TCC (Threading Competence Center) au contact des meilleurs techniciens filetage du Groupe. Mes collègues me transmettent leur savoir-faire et peuvent également s'appuyer sur moi comme support technique lorsqu'ils ont besoin d'un document, d'un media, etc. Lorsque je serai plus aguerri, je serai sûrement amené à donner moi-même des formations, j'ai d'ores et déjà commencé à m'exercer ici à Veracruz.

Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail ?

Ce qui me plaît le plus dans mon travail est le fait de mêler à la fois la technique et le relationnel. Les Mexicains ont été très accueillants avec moi, et je profite de cette position idéale au département VAM® TCC pour emmagasiner un maximum de connaissances.

La force de Vallourec est avant tout d'être un grand groupe présent dans le monde entier. Les techniciens de VAM® TCC sont régulièrement appelés à intervenir dans les usines aux 4 coins du monde et il est très intéressant de découvrir le mode de travail de chacun.

D'autre part, malgré le contexte de crise, Vallourec reste un groupe fort et le fait de voir l'évolution rapide de carrière des anciens VIE donne envie de s'investir à 100% dans l'entreprise.

Qu'elles sont les compétences requises pour ce poste ?

Pour évoluer à ce poste, il faut avoir envie d'apprendre, de partager ses connaissances. Le relationnel est donc un atout primordial. Enfin, il faut savoir être rigoureux car du fait de l'éloignement géographique avec les collègues en France, le VIE dispose d'une certaine part d'autonomie.​

Encouragerez-vous des jeunes à réaliser une expérience équivalente à la votre ?


Bien
sûr, je ne peux qu'encourager les jeunes diplômés à effectuer ce type de programme ! C'est une première expérience professionnelle significative, et ce type de premier contrat à l'étranger est une véritable opportunité pour le futur.  Le contrat VIE permet par ailleurs de découvrir de nouvelles cultures, de nouveaux horizons !